A la Une

La noble rébellion contre le TPI

OUSSENI BANAOL’Afrique n’aurait pas d’âme, de culture, d’honneur, d’histoire, donc elle ne pouvait pas avoir de justice. D’autres que des Africains ont alors décidé de lui en trouver une, le Tribunal pénal international (TPI). En scrutant les conséquences du célèbre traité de Rome, l’évidence saute aux yeux avec la création d’un truc principalement réservé aux ressortissants du continent noir, à des buts cosmétiques. De quoi satisfaire une opinion publique occidentale de plus en plus rebutée par les excès de leurs gouvernants sur cette terre meurtrie où le chaos règne depuis plusieurs décennies malgré le déversement de l’aide dite internationale. Il fallait montrer que la mission civilisatrice n’a pas amener en Afrique rien que des guerres, des monarques aux ordres, des régimes kleptomanes adulés en occident; elle devrait montrer qu’elle aurait amené aussi la justice, une justice présumée universelle selon les normes du contribuable occidental. Au bout du rouleau, le tableau de chasse se affiche un menu costaud : Laurent Gbagbo, Charles Taylor,Mohamed El Bechir, Jean-Pierre Bemba, Uuru Kennyatha. Les justiciers se sont donnés le droit de frapper qui ils veulent, chefs d’Etat, ministres, chefs rebelle, hommes d’affaires, anciens dignitaires, partout où ils veulent sur le sol africain.
Ils ne doivent pas être nombreux sur le continent à ne pas être envahi pas une renaissance identitaire à l’annonce de la rupture de la coopération entre l’Union Africaine et le TPI. Enfin la réflexion sur la place de l’Afrique dans le monde peut-on souffler. Il s’agit pourtant d’un continent immense avec sa diversité, ses histoires, ses cultures et ses cultes. Ce n’est pas un pays uniforme à qui des modèles peuvent s’imposer sans aucun égard pour son identité. Ce sont bien auprès des Européens eux-mêmes que le monde entier a appris qu’il existe plusieurs Europe, et que la judéo-chrétienne ne peut s’enticher avec l’orientalisée sans craindre de perdre une partie de son identité. Pour la haute société de l’Ouest européen, la Turquie musulmane ne saurait faire partir de l’Europe tel que rêvé par ses fondateurs. Il en est de même de la Russie orthodoxe qui traîne des enclaves islamisés au Caucase.
L’exercice ne consiste pas à dénier le droit à la différence. Mais ce principe érigé en socle de la construction de l’Union Européenne doit pouvoir être admis ailleurs. L’Afrique, de part son histoire, sa culture et ses cultes, est blanche, métis, arabe, noir, haoussa, bantou etc… Et aujourd’hui, cette multilatéralité fait la force de son émergence dans sa partie créditée de stabilité et de gouvernance prometteuse. C’est ainsi qu’on note un dynamisme économique et institutionnel dans certains pays leaders comme l’Afrique du sud, le Nigeria, le Ghana et bien d’autres. Seuls les pays francophones continue d’afficher un alignement atavique inconditionnel sur l’ancien côlon. En disant non au Cpi, les africains ne font que réhabiliter leur terre souillée et leurs frères humiliés et déportés.
Le souci des panafricanistes n’est pas de s’insurge contre le besoin de justice pour les dirigeants africains les plus abjects face aux aspirations de leurs compatriotes. A leur rythme, les peuples expriment déjà leur soif de justice, de démocratie et d’équité. Des qualités qu’on ne retrouve pas forcément au TPI. L’Afrique aussi a une opinion publique qui veut bien savoir pourquoi les crimes commis en Côte d’Ivoire, en Libye, au Mali, en Centrafrique n’intéressent pas le TPI à l’instar de ceux commis au Soudan, au Kenya ou en Congo. On n’a encore jamais vu un soldat américain ou européen de l’Ouest se faire juger par la justice internationale pour ses atrocités commises en Irak, en Libye, au Mali, en Afghanistan, au Pakistan, en Palestine. Au nom de quelle justice des soldats occidentaux bénéficient de l’immunité ou au meilleur des cas d’un privilège de justice dans leurs propres pays alors que même des chefs d’Etats en Afrique seraient justiciables d’un tribunal à l’extérieur du continent?
La chronique du Docteur OUSSENI Banao
Print Friendly, PDF & Email

URL courte: http://www.pointschauds.info/fr/2014/04/23/la-noble-rebellion-contre-le-tpi/

Publié par sur fév 11 2013. Archivé sous Evènement, Faits divers. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Les commentaires sont fermés.


Voir tous les dossiers

S Sahara24 Tv

PUB

Le KiosqueNET

 Optez pour  un  ABONNEMENT  d’option  ‘’GLOBAL’’  et bénéficiez à l’accès total des services d’information crédibles  et fiables  de notre  groupe de presse en  Arabe et  Français, aussi aux archives des sites et journaux. sans oublier le Magazine Panafricain Points Chauds Mag    Et avertissez nous via  infopointschauds@gmail.com                         pour recevoir nos éditions PDF dès la sortie   Nos OFFRES

En ligne

News





Mali:Attaque meurtrière d...

Qui compose l’« Émirat is...

L’État Islamique, le « Pr...

Arnaque médiatique ? L’Ir...

Urgent-Libye: Des révélat...

sur le Mobile

Version P-PDF

Version Digitale

News Letters

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!


info@pointschauds.info , redaction@pointschauds.info, dg@pointschauds.info, pub@pointschauds.info