A la Une

Mauritanie/Sénégal: Négociations ultra-confidentielles mais difficiles sur gisement de gaz transfrontalier

petrole-off-shoreDes sources proches, du dossier de négociations entre la Mauritanie et le Sénégal supervisées par Kosmos, annoncent une difficulté de convaincre la Mauritanie ou le Sénégal de laisser son voisin emporter toutes les infrastructures.

 L’américaine Kosmos Energy verrouille toute communication sur son gisement géant de gaz transfrontalier, alors que les discussions vont bon train.

Des sources généralement bien informées ont rapportés à Points Chauds qu’une réunion sur les modalités de développement du gisement de Tortue – aussi appelé Ahmeyim – s’est tenue dans le plus grand secret du 9 au 13 mai à Dakar. Une flopée de cadres du ministère du pétrole, comme le directeur des hydrocarbures Ahmed Salem Ould Tekrour ainsi que de la SMHPM (Société mauritanienne des hydrocarbures et de patrimoine minier), comme son numéro 2 Tourad Ould Abdel Baghi, avait notamment été conviée par le Sénégal. Leurs homologues sénégalais de la Petrosen, dont le DG Mamadou Faye, le directeur de l’exploration-production Joseph Medou et la chef du juridique Aïssatou Sy, les attendaient de pied ferme à l’hôtel cinq étoiles King Fahd.

Andrew Inglis, le DG de Kosmos Energy, opérateur de Tortue qui s’étend de part et d’autre de la frontière mauritano-sénégalaise, veut absolument favoriser la bonne entente entre les deux pays afin que le gisement géant (plus de 20 trillions de pieds cube) puisse être développé dès que le pétrolier sera prêt. Pour ce faire, Inglis a notamment dépêché à Dakar son vice-président en charge des relations avec les gouvernements et la sécurité, Mike Anderson, ancien agent des renseignements extérieurs britanniques (MI6), aux côtés des dirigeants pays de Kosmos Mohamed Ould Limam (Mauritanie) et Guillaume Defaux (Sénégal).

Kosmos contrôle toute communication en faisant signer des contrats de confidentialité à tous les négociateurs de ce projet. Et pour cause : la taille du réservoir du gisement (deux nouvelles découvertes depuis janvier avec Guembeul-1 au Sénégal et Ahmeyim-2 en Mauritanie) permet d’envisager un projet de GNL. Si ce projet est mené à bien, seul un pays accueillera des infrastructures de liquéfaction afin de ne pas doubler les coûts. Il sera difficile de convaincre la Mauritanie ou le Sénégal de laisser son voisin emporter toutes les infrastructures et, ce, même si les négociations se passent pour le moment sans accroc.

 

URL courte: http://www.pointschauds.info/fr/2016/06/04/mauritaniesenegal-negociations-ultra-confidentielles-mais-difficiles-sur-gisement-de-gaz-transfrontalier/

Publié par sur fév 11 2013. Archivé sous Evènement, Faits divers. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Les commentaires sont fermés.


Voir tous les dossiers

S Sahara24 Tv

PUB

Le KiosqueNET

 Optez pour  un  ABONNEMENT  d’option  ‘’GLOBAL’’  et bénéficiez à l’accès total des services d’information crédibles  et fiables  de notre  groupe de presse en  Arabe et  Français, aussi aux archives des sites et journaux. sans oublier le Magazine Panafricain Points Chauds Mag    Et avertissez nous via  infopointschauds@gmail.com                         pour recevoir nos éditions PDF dès la sortie   Nos OFFRES

En ligne

Annonces Google





Mali:Attaque meurtrière d...

Qui compose l’« Émirat is...

L’État Islamique, le « Pr...

Arnaque médiatique ? L’Ir...

Urgent-Libye: Des révélat...

sur le Mobile

Version P-PDF

Version Digitale

News Letters

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!


info@pointschauds.info , redaction@pointschauds.info, dg@pointschauds.info, pub@pointschauds.info