A la Une

MAURITANIE : TASIAST /Après le fièvre de l’or, la Fièvre du COVID-19 ?  

Dans un communiqué rendu public, le service de communication de Tasiast-Kinros affirme que les résultats du test COVID-19 de l’employé de TMLSA qui   manifestait des symptômes grippaux sont négatifs. Et le communiqué d’ajouter que les mesures de suivi et de prévention sont maintenues en étroite coopération avec le soutien des autorités sanitaires mauritaniennes. Jusque-là rien d’anormal. C’est d’ailleurs la bonne nouvelle parce qu’elle est rassurante.

Pour rappel de la chronologie des événements  le communiqué de la société évoque le cas de l’employé de TMLSA qui avait le 10 mars 2020 manifesté des symptômes de  la grippe presque identiques à ceux du Coronavirus. L’employé était de retour d’Allemagne, pays considéré à risque il avait été mis en observation comme le recommande les dispositions d’alerte précoce.

Le 10 mars 2020,  après la découverte   du cas suspect, les responsables et employés de la Société,  les responsables du Ministère de la Santé,  les populations du pays, les responsables de l’OMS ont tous retenu leurs souffles pour suivre attentivement la suite des événements. TMLSA avait mis immédiatement en œuvre son plan d’urgence, c’est-à-dire l’isolement de la personne concernée et des restrictions d’accès et de sortie du site de Tasiast, en application des procédures de sécurité de l’entreprise et en respect des consignes données par autorités mauritaniennes de la santé.

Le 12 mars 2020, 48 heures plus tard, les résultats des tests effectués par une équipe du Ministère de la Santé avaient confirmés que l’employé n’était pas infecté par le COVID-19 le tueur en série. Après la publication des résultats négatifs par le Ministre d la Santé, tout était rentré dans l’ordre. Tout le monde a vaqué à ses occupations et la vie a repris normalement. Conséquence le nom Mauritanie n’a pas été ajouté en  nombre du décompte des cas avérés et reconnus officiellement par l’OMS. La Société,  Tasiast, d’après elle avait donc levé les restrictions de la circulation pour l’ensemble du personnel  en mouvement vers ou en provenance du site de la mine qui se trouve à 300 kilomètres au Nord de Nouakchott.

D’après le communiqué, l’employé concerné en bonne santé reprendra son travail lorsqu’il  recevra une levée de fin de confinement officiel des service de santé. Dans le même communiqué distribué par le service de communication de la société d’exploitation minière la plus importante après la SNIM, Tasiast remercie le Gouvernement mauritanien et en particulier les autorités et les services de santé mauritaniens pour la rapidité et le professionnalisme de leurs interventions au cours des dernières 24 heures. Les dernières 24 heures je ne sais pas les quelles. Et le communiqué de conclure : « Les actions conjointes du Gouvernement et des équipes de TMLSA ont fait la preuve de l’efficacité des mesures de santé et de sécurité en vigueur et du sérieux avec lequel nous traitons ces questions. Notre priorité première est toujours la santé et la sécurité de nos employés, de leurs familles et des communautés. En raison des inquiétudes croissantes concernant le COVID-19, TMLSA continuera à surveiller de près la santé de ses employés, en particulier ceux effectuant des déplacements à l’étranger et nous suivrons les recommandations du Gouvernement en matière d’actions de prévention et de réponses ».

Moins de 24 heures après la publication des résultats de « la bonne nouvelle » du test confirmée d’ailleurs par le ministre de la Santé au journal parlé en arabe de 20 heures le 13 mars  des événements se sont précipités. Dans la soirée du 13 mars après la sortie publique du ministre en direct sur les antennes de la Télévision El Mouritaniya pour déclarer « officiellement » que le test pratiqué sur le suspect est négatif, comme par hasard, des résultats d’un autre « test » pratiqué celui-là sur un nouveau suspect qui s’est  « déclaré et s’est confiné lui-même et de son propre gré » a été lui déclaré « positif » au COVID 19. Notre ministre de la santé n’a appris la nouvelle d’après lui qu’après sa sortie des studios du journal de 20 heures de la langue arabe.

Conclusion de ce petit cafouillage et de cet embouteillage de la circulation de l’information  entre le Ministère de la Santé et les services de santé de Tasiast,  un employé de la société qui est rentré d’un voyage il y’a quatre jours est porteur du virus. La Mauritanie s’ajoute de ce fait  donc à la liste des pays qui ne sont plus épargnés par ce virus volatil et transfrontalier. Cette « mauvaise nouvelle », qui tombe moins de deux heures après « la bonne nouvelle » fait de la Mauritanie un pays pris en tenaille entre des pays déclarés officiellement par l’OMS pays  touchés c’est-à-dire,  le Maroc, le Sénégal, l’Algérie. Le malade de Tasiast ajoute donc par son transport transfrontalier du virus  le nom de notre pays à ceux  déclarés foyers à risques.

Les événements qui se sont précipités entre le 10 mars et le 13 mars suscitent des interrogations. Le suspect N°1, celui du 10 mars est-il  la même personne mise en examen de « laboratoire » le 13 mars 2020 et déclarée positive ou il s’agit de deux personnes différentes. Beaucoup de personnes s’interrogent. Ce qui est sûre c’est que  “le confiné” de sa chambre du Guest House (Villa de passage) de la Société  rentré il y’a quatre jours c’est-à-dire le 9 mars 2020 est le premier malade reconnu sur notre territoire national.

Similitude des cas, coïncidence de dates, précautions prises par Tasiast  pour fondre un cas dans un autre cas. Difficile à savoir pour le moment et pour la rédaction de notre journal. Mais quelque chose ne cloche dans cette affaire qui est d’intérêt médical   sur le plan national et mondial. La société qui fait face à des risques graves qui peuvent avoir des conséquences incalculables sur le plan financier pour cette société rachetée Red Back Mining en 2010,  qui exploite des réserves estimées à 8 millions d’onces,  c’est-à-dire 230 tonnes, une manne financière évaluée à 11 milliards 25 millions d’euros pour toute la période d’exploitation a-t-elle quelque chose à cacher ?

En tous cas, j’ai comme l’impression que  la fièvre de l’or se transforme depuis hier en fièvre de coronavirus. Et la propagation du virus présente un très haut risque à cette société qui ne peut pas jouer à la suspension ou l’arrêt des rotations de ces camions conteneurs et encore moins à l’arrêt de l’activités de son géant broyeur..

“Pointschauds”  notre journal a essayé de comprendre ce qui a bien pu se passer entre le moment de la première alerte « la fausse » et la dernière alerte « la vraie ». Les autorités sanitaires mauritaniennes ont -elles été induites en erreur par les responsables de la société Kinross ? Les responsables de l’OMS ont t’ils  été floués ? La société  Kinross qui n’a aucun intérêt que son site soit exposé à des risques d’une propagation du Virus a-t-elle joué au risque et elle a échoué dans sa tentative de dissimuler  des informations sensibles  ce qui selon certains lui ont fait faire de son « premier malade »  le seond ? ou l’inverse ?

Nous ne pouvons pas répondre à cette question pour le moment. Mais une chose est sure. La vérité, toute la vérité et rien que la vérité manque d’éléments pour qu’elle soit reconnue comme telle. La preuve. Dans son communiqué publié le 14 mars 2020 sur le site électronique Rimnews à 13 h 29 minutes exactement  et signé du service de communication de la société, Tasiast  déclare que les résultats du test COVID-19 de l’employé  de TMLSA sont négatifs. Mais ce communiqué diffusé sur le site le 14 mars ne fait aucune allusion au cas « positif » déclaré officiellement. Pourtant le communiqué a été mis en ligne 20 heures après l’annonce officielle de la découverte de ce second cas pour lequel toutes  les personnes qui sont entrées en contact avec le malade sont encore recherchées.

Tasiast, la puissante société d’exploitation de l’or de surface et à ciel ouvert de notre pays est-elle entrain de jouer au feu ou au risque élevé de mettre notre pays devant une situation qui pourrait être impossible à contrôler. C’est possible. Mais l’argent et l’or peuvent corrompre. Mais ils ne doivent pas être un moyen  utilisé pour  passer sous silence des informations qui relèvent de l’intérêt national et mondial. Sinon lorsque le virus « contaminera » l’or très riche en teneur, le confinement de l’information va se retourner contre elle cette société qui se croit au dessus de tout et tous. Parce que leur or n’aura plus de valeur sur le marché ce que va faire chuter la bourse de Londres alimentée par l’or d’un pays auquel Kinross a fait un cadeau duquel elle pouvait franchement se passer.

Mohamed Chighali

 

Partager une information c'est comme donner la vie

Print Friendly, PDF & Email

URL courte: http://www.pointschauds.info/fr/2020/03/15/mauritanie-tasiast-apres-le-fievre-de-lor-la-fievre-du-covid-19/

Publié par sur fév 11 2013. Archivé sous Evènement, Faits divers. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Les commentaires sont fermés.


Voir tous les dossiers

S Sahara24 Tv

Ainsi que des listes d'ajouter côté du panneau de contrôle





Mali:Attaque meurtrière d...

Qui compose l’« Émirat is...

L’État Islamique, le « Pr...

Arnaque médiatique ? L’Ir...

Urgent-Libye: Des révélat...

sur le Mobile

Version P-PDF

Version Digitale

News Letters

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!


info@pointschauds.info , redaction@pointschauds.info, dg@pointschauds.info, pub@pointschauds.info